Untitled Document
Untitled Document


 

La langue

La région du sud-ouest a fait sa contribution à l'histoire de la langue française. Le père Pierre Philippe Potier, premier curé de l'Assomption, arrive au Détroit en 1744. Né en Belgique, it s'intéresse au parler des Canadiens et commence dès son arrivé à noter dans un cahier les mots et les expressions qu'il ne connait pas. Pas moins de 63 parmi les centaines de vocables qu'il relève dans la région sont des premières attestations, c'est à dire des mots ou des sens relevés pour la première fois en français écrit. Voici une douzaine de mots qui font aujourd'hui partie du français général, relevés pour la première fois dans la région du Détroit:

couette: mèche de cheveu retenue par une barette
crépissage: action de crépir un mur
débiter: couper (de la viande) en morceaux
éponger: étancher un liquide avec une éponge
équipement: ce qui sert à équiper une personne ou un animal
flâner: se complaire dans une douce inaction
gaffer: prendre, voler
galipote (courir la galipote): avoir de nombreuses aventures galantes
retaper: rouler, tromper quelqu'un
soue: étable à cochon
tapager: faire du tapage
tapé: fou ou un peu fou

Grâce à son isolement, le français du Détroit a évolué en parler régional qui dans bien des cas est aussi distinct que celui des Acadiens. Plusieurs mots qu'on entend dans la région ne semblent pas être attestés ailleurs; d'autres étaient connus autrefois mais sont en train de disparaître du français standard propagé par le système d'éducation et les mass-media:

bousure: petite armoire
cabastra: cabestan, servant à retirer des seines
chat sauvage: râton-laveur
chelin: shilling, ancienne mesure monétaire anglaise; deux chelins = $0.25, quatre chelins = $0.50
corps: blouse ou chemise
foutreau: vison
galafe: gourmand, glouton
mèche: longue durée de temps
rave: radis
roulin: vague sur la mer ou autre cours d'eau
tailler: faire un grand effort; travailler très fort
téteux de vache: serpent constricteur souvent trouvé dans l'écurie (Lampropeltis triangulum)

Résidence joseph Campeau, Amherstburg, 1896. Courtoisie du Fort Malden
texte supplémentaire